Musique et Statistiques (2014)

80 % des français considèrent la musique comme une passion ou un plaisir (contre 74% en 2006). 84% d’entre eux déclarent écouter de la musique tous les jours. L’appréciation d’un morceau de musique est lié pour 75% à la création, la qualité, accompagnée d’un véritable rejet de la musique « promotionelle » ou « commerciale ».

Si quelques personnes voient encore dans la musique un « moyen d’être à la mode », 63% l’apprécient « pour ce qu’elle est » et 78% d’entre eux la considèrent avant tout comme un moyen de se relaxer.

STATISTIQUES GENRES MUSICAUX 2014

La chanson française est en recul avec 51% d’avis favorables. Le jazz recule à 22%, la musique classique se hausse à 34%, à égalité avec les variétés internationales. 50% des téléspectateurs avouent que les émissions musicales ne répondent pas du tout à leurs attente.

MUSIQUE ET MEDIAS 2014

La radio arrive nettement en tête à 36 %. Elle constitue le meilleur média de découverte musicale (70%), suivi par la télévision (58%) et le bouche à oreille (38%). Internet joue un rôle grandissant (14%). La presse accuse un recul à 11%.

MUSIQUE CHEZ LES 15-24 ANS (11% DE LA POPULATION FRANÇAISE)

Plébiscitée par 73% des jeunes comme activité culturelle, avant le cinéma (62%) et la télévision (32%). Si Internet connaît chez les teen-agers une importance grandissante, radio (57%) et télévision (47%) restent les médias majeurs de découverte de nouveautés en musique.

LES FRANÇAIS ÉCOUTENT DE LA MUSIQUE DEUX HEURES PAR JOUR (2006)

74 % des Français sont sensibles à la musique, bien avant la littérature (56 %), ou le cinéma (48 %). L’écoute de la musique est en moyenne de deux heures par jour.

GENRES LES PLUS ECOUTES (STATISTIQUES 2006)

Chanson française: 66 %

Pop music et Rock: 29 %

Variété internationale: 22 % / Musique Classique: 22 %

Jazz: 14 %

Opéra: 10 %

Les représentations de spectacles de variété et de musiques actuelles génèrent en France un chiffre d’affaire de plus de 700 millions d’euros.

Les représentations de spectacles de variété et de musiques actuelles génèrent en France un chiffre d’affaire de plus de 700 millions d’euros.

LES TRANCHES DES 45 ANS ET PLUS ACHÈTENT LE PLUS DE DISQUES (STATISTIQUE 2014)

L’Association américaine de l’industrie du disque (RIAA), regroupant Universal, Sony, Warner et EMI, les quatre plus grosses « majors » du monde, vient de publier des statistiques qui peuvent surprendre : ce sont les tranches d’âge au dessus de 45 ans qui achètent désormais le plus de disques, jusqu’à représenter aujourd’hui 25% de l’ensemble du marché. (génération qui représentait à peine 15% des ventes en 2000). Chose encore plus étonnante, les achats des seniors sur Internet représentent maintenant 24% des ventes de musique en ligne.

Selon BILLBOARD, magazine américain de référence du show-business international, les plus grosses tournées mondiales sont le fait de chanteurs ou groupes de plus de 50 ans : ROLLING STONES, Elton JOHN, GENESIS, Phil COLLINS, MADONNA, etc.

DIFFUSION DE LA MUSIQUE / STATISTIQUE DES DROITS PERCUS (SONDAGE 2006)

Les télévisions arrivent nettement en tête (26 %) suivies par la diffusion publique (20,5 %) ou droits généraux, les droits phonographiques, vidéos et multimédias (19,5%), les droits en provenance de l’étranger (9 %), le spectacle vivant, concerts et autres (8,5 %), les radios (7,5 %), la copie privée (7 %) et enfin le cinéma (2 %).

LA DECROISSANCE DU CD (SONDAGE 2006)

Le CD est dépassé, l’écoute stéréo va bientôt laisser place à une nouvelle technologie 3D qui propose un saisissant releif sonore. Des chiffres récents donnés par l’observatoire de la musique révèlent une baisse impressionnante de 30 % des ventes du CD audio. Les CD singles font état quant à eux d’une chute abyssale de plus de 55%.

Contrairement à leurs incantations, le piratage ne semble pas être pas la seule raison des déboires des majors du disque.

MARCHÉ PHYSIQUE DE LA MUSIQUE ENREGISTRÉE

L’aggravation de la crise du disque a vu les ventes physiques de musique enregistrée s’effondrer littéralement : les statistiques récentes nous montrent que le chiffre de vente de CDs est passé de 1,95 milliards de dollars en 2003 à 0,79 en 2010. Plus de la moitié du chiffre s’est voltilisée en moins de dix ans !

L’écroulement du marché physique de la musique enregistrée n’est pas seulement du à l’éclosion de la musique en ligne et aux téléchargements illégaux, mais bien à l’incompétence, la vision court-termiste, et au manque de créativité des managers des majors : les interprètes préfabriqués bas de gamme dévalorisent l’image culturelle de la musique ; la politique de vente aux grandes surfaces alimentaires avec profusion incohérente de compilations et autres Best-off, contribue à la dépréciation du support CD et aboutit à la disparition des vrais disquaires ; la permanente valse des étiquettes fait perdre tout repère sur la valeur du CD ; enfin les prix bradés sur les supports numériques n’arrangent en rien les choses.

Tiré du blog de Jean Christian Michel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s