Nick Cave « Push The Sky Away »

« Je suis un imposteur »
Le fait est que très souvent, les artistes qui se sentent imposteurs, sont, du moins pour ma part, ceux qui me transcendent le plus. Ce sont ceux que je trouve les plus touchants, les plus intimistes, finalement, les plus eux-mêmes.  « Les rock stars sont différents. Ils deviennent la chose qu’ils ont créée. Ils portent d’abord un masque, mais ils ne peuvent plus l’enlever »

Quinzième album, un tournant
Après avoir patiemment attendu, telle une adolescente pour son cadeau d’anniversaire, telle une groupie au premier rang, le dernier album de Nick Cave a atterri dans mes mains. Cet album, intitulé « Push The Sky Away », est un tournant dans sa carrière d’artiste, tout comme Bob Dylan et bien d’autres avant lui, c’est le tournant de la foi, de la rédemption. On quitte le Nosferatu Australien, surnom qui ne lui correspond plus très bien, pour se diriger plutôt vers le poète maudit. « J’ai un univers parallèle, une vie imaginaire: celle de mes chansons. Et dans cette autre vie, cette vie absurde et magique, Dieu existe ». « Je veux croire en l’idée de croire en quelque chose ».

« Vivre est déjà si complexe que je n’ai pas le temps de penser à l’après-vie »
Artiste prolifique, Nick Cave évolue depuis 1984 avec son groupe « The Bad Seeds » et précise toujours qu’il n’est pas un musicien solo. C’est avec eux que sont réalisés les principaux albums de sa carrière, après avoir également travaillé au sein des groupes Birthday Party ou Grinderman.

Tenir vingt ans comme un des princes du rock indépendant, c’est pas gagné, Nick Cave le fait, apparemment sans s’en rendre compte, toujours humble. Un directeur de festival: « Il a toujours été fidèle à lui-même, prolifique, généreux », un patron de label: « l’homme est d’une intégrité rare, et son oeuvre est un modèle d’intensité et de cohérence ».

Passionné de poésie, cet artiste aime conter des histoires dans ses chansons, et il le fait avec un talent rare. Il est également scénariste pour le cinéma « The Crow (…) Ghosts Of The Civil Dead », acteur, et écrivain: « Et l’âne vit l’ange », ou encore « Le mort de Bunny Monro ».  L’album le plus important de sa carrière, et qui est sans doute celui qui démontrera le mieux mes propos est « Murder Ballads », sorti en 1996 sur le label Mute Records. Et cet album ci, une vraie révélation, est à découvrir d’urgence.

(source des citations: Libération du 18/02/2013)

Publicités

2 réflexions au sujet de « Nick Cave « Push The Sky Away » »

  1. Ping : Nick Cave « Push The Sky Away  | «Blue Prod

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s